Canadien: Monsieur Xhekaj

Canadien: Monsieur Xhekaj


BUFFALO | À son premier jour au tournoi des recrues au LECOM Harborcenter, Arber Xhekaj avait prévenu les journalistes. Il ne se définit pas comme un simple gros gaillard sans tête sur les épaules. 

• À lire aussi: Canadien: une victoire pour terminer le tournoi des recrues

• À lire aussi: Xhekaj réarrange le portrait d’un rival

En anglais, le défenseur de 6 pi 4 po et 238 livres avait dit : « I am not a meathead ».

La traduction en français serait qu’il n’est pas une tête de viande, mais on reformulera en disant qu’il n’est pas un idiot. 


Le défenseur Arber Xhekaj dans le match de dimanche face aux Sénateurs d’Ottawa à Buffalo.

Photo collaboration spéciale, Micheline Veluvolu

Le défenseur Arber Xhekaj dans le match de dimanche face aux Sénateurs d’Ottawa à Buffalo.

Xhekaj a laissé sa carte de visite à la dernière rencontre au camp des recrues.

Dans une victoire convaincante de 7 à 2 contre les espoirs des Sénateurs d’Ottawa, le numéro 72 a intimidé ses rivaux avec de percutantes mises en échec et un violent combat contre Zachary Massicotte, un autre gros bonhomme de 6 pi 4 po et 216 lb. 

Dans une bagarre digne des années 1980, Xhekaj a sonné l’ancien défenseur des Cataractes de Shawinigan avec une percutante droite sur le menton. 

« C’était deux gros gars qui décident d’y aller, a dit l’Ontarien. C’était bien. »

Massicotte n’est pas revenu dans le match, probablement victime d’une commotion cérébrale. 

« C’est bien qu’il ait défendu ses coéquipiers, je lui donne le crédit pour ça, a souligné Xhekaj. Mais personne n’aime voir un joueur se blesser comme ça. Ça peut arriver à n’importe qui. »

Des commentaires inappropriés

En première période, Xhekaj n’avait rien fait pour agrandir son cercle d’amis dans le camp des Sénaeurs en frappant l’ailier Viktor Lodin dans le coin de la patinoire. Lodin a aussi terminé sa journée à l’infirmerie. 

Possiblement désireux de calmer les esprits dans cette rencontre, les arbitres ont discuté avec le gros défenseur du CH en deuxième période. Mais ce n’était pas uniquement un monologue de la part des hommes zébrés. 

« Je voulais leur parler, car un de leurs joueurs tenait des commentaires inappropriés, a précisé Xhekaj. Je n’allais pas laisser passer ça, donc j’ai voulu m’assurer que les arbitres seraient au courant. »

Celui qui parlait trop, du côté des Sens, portait le numéro 52. Xhekaj l’a confirmé lui-même avant de repartir dans l’autobus de l’équipe en route pour Brossard. Roby Jarventie, un choix de 2e tour en 2020, a réveillé sans trop le savoir une bête farouche. 

Jean-François Houle avait de bons mots pour son défenseur de 21 ans après la rencontre. 

« Il a fini beaucoup de mises en échec, il est fatigant à affronter, a souligné l’entraîneur en chef du Rocket. Il est très robuste et il patine bien aussi. Il a des habiletés également, ce n’est pas juste d’être physique pour lui. Quand tu as un gars comme lui dans ton équipe, ça calme les choses un peu. C’est bon pour tout le monde autour. »

Xhekaj fait partie des beaux espoirs du CH à la ligne bleue. L’ancien des Rangers de Kitchener et des Bulldogs de Hamilton dans la Ligue junior de l’Ontario avait paraphé un contrat avec le Tricolore à l’automne 2021 après une simple invitation au camp des recrues. 

Un premier match

À la ligne bleue, Kaiden Guhle a participé à un premier match à ce camp. Utilisé à la gauche avec Justin Barron, le choix de premier tour en 2020 était surtout heureux d’avoir brisé la glace. 

« Je voulais chasser la rouille, c’était important. Je voulais jouer pour cette raison et je suis content d’avoir un match derrière la cravate avant le camp. »  

Ce qu’on a remarqué… 

Tic-tac-toe

Xavier Simoneau a toujours noirci la feuille de pointage dans la LHJMQ avec les Voltigeurs de Drummondville ou les Islanders de Charlottetown. À son troisième match à ce camp des recrues, le petit ailier a marqué l’un des plus beaux buts du tournoi. Il a déjoué Kevin Mandolese après une série de passes rapides avec William Trudeau à l’embouchure du filet. Sur cette séquence, Filip Mesar a attiré deux joueurs vers lui avant de remettre la rondelle à Emil Heineman, qui a rapidement repéré Simoneau. C’était le début du tic-tac-toe.

Le géant sort ses mains

Invité à Buffalo et âgé de 22 ans, John Parker-Jones pourra toujours dire qu’il a marqué un but dans l’uniforme du CH. En deuxième période, le colosse ailier de 6 pi 6 po et 227 lb a subtilisé la rondelle à Kyle McDonald avant de s’échapper. Il a battu Mandolese d’une belle feinte du revers. Il a ajouté une passe en troisième sur un but de Brett Stapley.  

Généreux et accessible

Martin St-Louis a répété des dizaines de fois la même scène. Un bonjour, une poignée de main, une photo et quelques mots avec un partisan. L’entraîneur en chef du Canadien l’a fait avec une grande générosité. Kent Hughes et Jeff Gorton ont aussi salué plusieurs fidèles du Tricolore. Les nombreuses têtes dirigeantes de l’équipe ne se cachaient pas dans un coin de l’aréna, comme à une autre époque…

Sans Pinto et Sanderson

Les Sénateurs avaient comme plan d’offrir un seul match à Shane Pinto et Jake Sanderson. Ils ont respecté leur choix, les laissant de côté face au CH. Ridly Greig, un choix de premier tour en 2020, était aussi dans les gradins. 

Ils se sont illustrés 

JURAJ SLAFKOVSKY


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Il n’a pas inscrit son nom sur la feuille de pointage, mais il a affiché une belle intensité. Ses replis, sa présence dans la circulation et les coins de patinoire lui ont permis de soutirer le disque à l’adversaire à plusieurs occasions. 

OWEN BECK


Photo d’archives, Agence QMI

Même s’il a été un peu plus effacé aujourd’hui, il fut le joueur le plus régulier du Canadien à ce tournoi. Il a marqué plusieurs points aux yeux de l’état-major. 

ARBER XHEKAJ


Photo collaboration spéciale, Micheline Veluvolu

Il adore le jeu physique et frappe pour punir l’adversaire. Le mot va se passer rapidement dans la Ligue américaine. Il s’est montré plus à l’aise avec un défenseur stable comme Gianni Fairbrother près de lui. 

KAIDEN GUHLE


Photo d’archives, Martin Chevalier

Son départ fut un peu lent, mais il a retrouvé ses repères à mesure que le match avançait. Une belle touche de rapidité et de robustesse qui lui permet de couvrir adéquatement une large portion de la patinoire. 

PIERRICK DUBÉ


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Il a mis la pédale au plancher comme il l’a fait lors de la deuxième rencontre. Il sera assurément récompensé par une invitation au véritable camp de sélection.  

XAVIER SIMONEAU


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Sa présence devant le filet adverse lui a permis de marquer deux buts. Chaque fois, William Trudeau s’est fait complice. Un joueur travaillant.

EMIL HEINEMAN


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Il a connu un autre fort match. Il est fort physiquement et ne craint pas d’aller récupérer les rondelles en fond de territoire. Il possède tout un tir des poignets. 

Textes : Jonathan Bernier

Ils devront en faire plus

JAN MYSAK


Photo d’archives, Martin Chevalier

Il a encore une fois été passablement effacé. Il est le type de joueur à éprouver des ennuis à s’afficher dans les matchs un peu plus échevelés. 

FILIP MESAR


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Il possède de belles habiletés. Il a amorcé la brillante séquence qui a mené au premier but de Xavier Simoneau. Mais pour le reste de la rencontre, il s’est surtout tenu en périphérie. 

JUSTIN BARRON


Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Il a fait quelques erreurs dans son territoire qui ont offert des occasions de marquer aux Sénateurs. En raison de son expérience, on s’attendait à ce qu’il soit un peu plus fiable. 

Textes : Jonathan Bernier





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.