Coupe des Présidents: Corey Conners et Taylor Pendrith sont faits l’un pour l’autre

Coupe des Présidents: Corey Conners et Taylor Pendrith sont faits l’un pour l’autre


CHARLOTTE | Corey Conners et Taylor Pendrith sont faits l’un pour l’autre. Comme le Yin et le Yang, ils sont semblables et différents tant sur les parcours que dans la vie. En se complétant à merveille, ils représentent une véritable force au sein de la sélection internationale.

• À lire aussi: Les Américains largement favoris pour remporter la Coupe des Présidents

• À lire aussi: Coupe des Présidents: la formation internationale n’a rien à perdre

• À lire aussi: Coupe des Présidents: nouveau look présidentiel pour le parcours de Quail Hollow

• À lire aussi: Domination américaine

Bien que le golf soit un sport individuel, le concept d’équipe est important dans les compétitions comme la Coupe des Présidents. C’est d’autant plus le cas lorsque la formation est composée de joueurs provenant des quatre coins de la planète. 

En choisissant les deux Canadiens, le capitaine Trevor Immelman connaissait très bien leur étroite relation. 

Allons-y. 

Les deux hommes se connaissent depuis une vingtaine d’années. Ils ont grandi dans le programme de Golf Canada et évolué ensemble chez les Golden Flashes de l’Université Kent State sous l’égide du célèbre entraîneur canadien Herb Page. Ils ont gradué chez les pros au même moment sans toutefois prendre le même chemin. Mais ils sont toujours restés près l’un de l’autre. 

Ils ont chacun agi comme garçon d’honneur au mariage de l’autre. Et lorsque son fidèle ami est passé sur le circuit Korn Ferry, l’antichambre de la PGA, Conners lui a ouvert la porte de sa demeure familiale en lui offrant une chambre. 

Ils jouent et s’entraînent également ensemble sur leurs parcours floridiens du Bear’s Club et de Dye Preserve, à Jupiter. Et ils partagent les conseils du même entraîneur, Derek Ingram. 

On parle donc d’une véritable union amicale ! 

Un brillant

« Corey est mon meilleur ami. C’est quelqu’un d’extraordinaire et évidemment, phénoménal au golf. Il est aussi très plaisant à fréquenter », a relaté Pendrith à propos de son comparse plutôt connu pour son caractère timide et réservé.

« Il est très intelligent. Il a un diplôme en mathématiques actuarielles, a-t-il enchaîné. C’est un gars très calculé qui est posé en public, mais qui est dégêné avec ses amis. »

Pendrith est toutefois différent à cet égard. Il est plus dégourdi bien qu’il se garde une réserve publiquement. Avec son bagage sportif, notamment au hockey, il croit pleinement à l’esprit d’équipe.

Cette semaine, alors qu’il est entouré des vétérans Adam Scott et Hideki Matsuyama, deux champions du Tournoi des Maîtres, ainsi que de glorieux vice-capitaines, l’Ontarien de 31 ans qui vient de compléter sa première saison complète sur le circuit de la PGA garde les oreilles bien ouvertes. 

« J’écoute tous les conseils. Il y a tellement d’expérience dans ce vestiaire. Je suis une recrue. Je veux apprendre tout ce que je peux à propos de ce sport et des parcours. J’apprends aussi comment me comporter en plus de gagner de l’expérience. Il y a beaucoup de connaissances transmises. » 

Complices sur les allées

Mais si Conners et Pendrith font le plein de connaissances à Quail Hollow, ils peuvent aussi servir leur groupe. Car sur le parcours, dans les formats de jeu en quatuor (coups alternatifs), et 4-balles, aucun des membres de la formation internationale ne peut mieux se compléter qu’eux. 

Dans ces formules, la complicité et la stratégie sont primordiales.

« C’est le gars avec qui j’ai joué le plus souvent dans ma vie, a souligné Pendrith. Nous avons joué dans plusieurs équipes ensemble. »

« Nous serions très confortables. J’excelle depuis les tertres et Corey est un joueur incroyable avec ses fers. Si je pouvais bien placer la balle dans les allées, il pourrait opérer sa magie dans les approches au fanion depuis les allées. Nous serions complémentaires. » 

« Nous tirons notre énergie l’un de l’autre, a renchéri Conners. Si je frappe un mauvais coup, je sais qu’il va le réparer. Si je vois qu’il connaît des difficultés, je suis capable de l’aider et gagner le trou. »

« Notre relation est forte en raison de notre amitié et de nos expériences communes sur les terrains. Je suis très confiant en ses habiletés et je sais qu’il l’est tout autant. »

Les deux Canadiens auront l’occasion d’enfin s’exprimer ensemble vendredi après-midi. Immelman a décidé de les réunir dans le dernier duel de la journée en formule 4-balles (meilleur pointage des deux sur chaque trou). Ils affronteront les Américains Billy Horschel et Max Homa. 





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.