Formule 1: dernier tour de piste pour Sebastian Vettel

Formule 1: dernier tour de piste pour Sebastian Vettel


Un chapitre important de l’histoire de la Formule 1 s’est fermé dimanche, à Abou Dhabi, quand Sebastian Vettel a disputé son 299e et dernier Grand Prix. 

• À lire aussi: F1: Verstappen gagne à Abou Dhabi, Leclerc vice-champion du monde

• À lire aussi: F1 : Aston Martin échoue malgré les efforts de Lance Stroll

La carrière du pilote allemand, qu’on a surnommé « Baby Schumacher » à l’époque, se termine donc comme elle avait commencé il y a 15 ans, par la récolte d’un point au tableau. Au volant de son Aston Martin, il s’est classé au dixième rang.

« C’est un grand privilège d’être ici. Nous avons la possibilité d’inspirer des gens à aller au bout de leurs ambitions. Mais aujourd’hui, je réalise qu’il y a des choses plus importantes que la course », s’est exclamé Vettel, qui, après cette 22e et ultime étape de la saison, est venu rejoindre les trois premiers à l’arrivée près de la ligne départ/arrivée.

« Les deux dernières années ont été décevantes sur le plan sportif, mais importantes pour moi dans la vie. Ce qui va me manquer le plus, c’est l’appui de tous mes supporters », a-t-il renchéri.

Vettel veut maintenant consacrer son temps non seulement à voir grandir ses trois enfants, mais aussi à la promotion de causes humanitaires et environnementales.

Un groupe sélect

À 35 ans, Vettel accroche son casque non sans avoir remporté quatre championnats du monde, ce que seulement quatre autres pilotes ont réussi en F1, soit Lewis Hamilton (7), Michael Schumacher (7), Juan Manuel Fangio (5) et Alain Prost (4).

Certains diront que sa fin de carrière n’a pas été à l’image de son fulgurant parcours du début des années 2010, mais personne ne pourra effacer un palmarès qui fait de lui l’un des meilleurs dans l’histoire de la catégorie-reine du sport automobile.

À son tout premier Grand Prix, à Indianapolis, en 2007, il est devenu, à 19 ans, 11 mois et 14 jours, le plus jeune pilote à inscrire un point quand il a rallié l’arrivée au huitième rang. Vettel avait été appelé à remplacer le Polonais Robert Kubica, victime d’un spectaculaire accident à Montréal à bord de sa Sauber-BMW la semaine précédente.

Magistral sous la pluie

On se souviendra de surcroît de sa magistrale démonstration sous la pluie à Monza, l’année suivante, au volant d’une modeste Toro Rosso. Il s’agira d’une première de 53 victoires dans la spécialité. Seuls Hamilton (103) et Schumacher (91) ont fait mieux que lui à ce chapitre.

Vettel détient encore quelques records, dont celui du plus jeune champion (23 ans, 4 mois et 11 jours) de l’histoire de la discipline. Exploit qu’il a accompli en 2010, quand il a signé le premier de ses quatre titres avec l’écurie Red Bull.

C’est lui aussi qui détient toujours la marque de 15 positions de tête (en 19 Grands Prix) dans une même année, réalisée en 2011. En 57 occasions, il s’est d’ailleurs élancé de la première place sur la grille de départ. À cet égard, il n’est devancé que par Hamilton (103), Schumacher (68) et Ayrton Senna (65).

Enfin, Vettel compte 122 présences sur le podium pour occuper le troisième rang de tous les temps derrière Hamilton (191) et Schumacher (155). 

Le parcours de Sebastian Vettel en F1

Né le 3 juillet 1987 (35 ans) à Heppenheim, en Allemagne

  • Départs en F1 : 299
  • Victoires : 53
  • Positions de tête : 57
  • Podiums : 122
  • Tours en tête : 3 501
  • Première course : GP des États-Unis 2007 (8e)
  • Première victoire : GP d’Italie 2008 
  • Dernière victoire : GP de Singapour 2019
  • Quadruple champion du monde (2010, 2011, 2012 et 2013)
  • Écuries fréquentées : BMW-Sauber (2007), Toro Rosso (2007 et 2008), Red Bull (de 2009 à 2014), Ferrari (de 2015 à 2020) et Aston Martin (2021 et 2022)





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *