Gros show pour oublier la discorde

Gros show pour oublier la discorde


DOHA, Qatar | Après tous ces mois d’attente et de préparation, nous voici enfin au Qatar pour cette Coupe du monde 2022, la première tenue dans un pays arabe.

• À lire aussi: Pas de miracle pour le Qatar

• À lire aussi: Réglé au quart de tour… ou presque

• À lire aussi: Qatar 2022: 6,5 milliards de dollars pour huit stades

Le tournoi a été lancé dimanche soir par un match entre le Qatar et l’Équateur au spectaculaire stade Al-Bayt, qui représente une tente de Bédouin qui se dresse dans le désert.


La mascotte officielle, La’eeb, a flotté au-dessus de la foule.

Photo AFP

La mascotte officielle, La’eeb, a flotté au-dessus de la foule.

Le tournoi s’amorce envers et contre tout, dans un contexte où le Qatar est dénoncé pour le non-respect des droits de l’Homme, pour ses lois qui visent à emprisonner les homosexuels, ainsi que pour les milliers de décès présumés chez les travailleurs migrants et reliés à la construction des diverses infrastructures nécessaires à la présentation de l’événement qui animera Doha pour le prochain mois.

Et surtout, le tournoi s’amorce malgré une allocution d’une heure pour le moins absurde du président de la FIFA. Gianni Infantino a fait l’apologie du Qatar et le procès de l’Occident et surtout de l’Europe, samedi.

« Avec ce que l’Europe a fait au monde ces trois mille dernières années, elle devrait commencer par s’excuser pendant trois mille ans avant de donner des leçons à qui que ce soit », a-t-il notamment déclaré dans une de ses nombreuses diatribes échevelées.

Infantino était d’ailleurs accompagné par le cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, émir du Qatar, pour le match d’ouverture dimanche.

Des refus

Les controverses ont laissé des traces et certaines vedettes ont choisi de ne pas participer à la cérémonie d’ouverture.

C’est le cas de Rod Stewart qui aurait décliné un chèque de plus d’un million de dollars. Dua Lipa a elle aussi refusé d’y participer, préférant regarder le tournoi de chez elle.

Qui plus est, le tournoi se déroule dans un contexte où la FIFA est sur la sellette en raison de ses façons de faire très douteuses. Une série récemment lancée sur Netflix, FIFA Uncovered, met d’ailleurs les projecteurs sur la fédération et la corruption rampante qui la touche.

Il y est notamment question de pots-de-vin impliquant la candidature du Qatar qui a été accordée en 2010, au même moment où l’on attribuait le tournoi de 2018 à la Russie.

Donner la chance

À notre arrivée au stade Al-Bayt avant le match d’ouverture, on a eu l’occasion de rencontrer quelques partisans sur place et les avis étaient partagés.

Luis, un Équatorien, a choisi de donner la chance au coureur avant de porter un jugement.

« Je suis venu ici pour célébrer le foot et pour m’imprégner de l’ambiance de la Coupe du monde. Je veux voir comment ils traitent les gens avant de les juger. »

Mark, un Anglais qui se cherchait des billets, est plus prudent dans son évaluation.

« Je suis là en toute connaissance de cause et je dois modérer ma conscience quand on sait tout ce qu’on peut leur reprocher, mais jusqu’ici les choses se passent bien et les gens sont gentils. C’est un pas dans la bonne direction. »

Il y a eu quelques accrocs ces derniers jours, comme ce journaliste américain qui s’est fait dire de retirer un couvre-visage aux couleurs de la fierté lors d’un entraînement des États-Unis. Et cette équipe de tournage danoise qui s’est fait royalement embêter par la sécurité lors d’un tournage avec menaces de bris de caméra à la clé.

Mais dans l’ensemble, on constate en effet que les Qataris sont accueillants et s’expriment dans un anglais plus que correct, ce qui facilite la communication.

Ouverture

Dans le stade où se sont entassés 67 372 spectateurs, l’ambiance était à la fête. La cérémonie d’ouverture d’une trentaine de minutes assez sobre a fait un clin d’œil au passé.


Des feux d’artifice sont venus illuminer la ville de Doha durant la cérémonie.

Photo AFP

Des feux d’artifice sont venus illuminer la ville de Doha durant la cérémonie.

Pas de grosse vedette, mais tout de même Jungkook, membre du célèbre groupe sud-coréen BTS.


L’Équateur l’a emporté par la marque de 2 à 0 face au Qatar lors du match d’ouverture de la Coupe du monde.

Photo AFP

L’Équateur l’a emporté par la marque de 2 à 0 face au Qatar lors du match d’ouverture de la Coupe du monde.

Parce qu’il faut aussi parler de foot, on a eu droit à un match intéressant en lever de rideau. Le Qatar est devenu le premier organisateur d’une Coupe du monde à perdre son premier match, dans un revers de 2 à 0.

Tout a commencé par un hors-jeu ultra serré qui a privé l’Équateur d’un but dès la 3e minute. Les Équatoriens ont marqué sur un pénalty d’Enner Valencia à la 16e. Il en a ensuite rajouté un autre à la 31e.

Et on peut vous dire qu’il y avait pas mal moins de monde dans le stade en seconde demie. Pendant ce temps, les partisans équatoriens chantaient « queremos cerveza », soit « on veut de la bière ».





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *