Les Volontaires de Sherbrooke de retour au sommet

Les Volontaires de Sherbrooke de retour au sommet


THETFORD MINES | De retour au Bol d’Or pour la première fois depuis 2010, les Volontaires de Sherbrooke ont fait les choses en grand.

Misant sur une offensive surprenante et une solide défensive, les Volontaires ont disposé des Nomades de Montmorency par la marque de 28 à 14 pour remporter le cinquième Bol d’Or de leur histoire. Les Nomades s’inclinaient en finale pour la deuxième année de suite.

« Je suis arrivé avec les Volontaires il y a cinq ans et nous avons mis beaucoup, beaucoup d’amour, a raconté Jean-Philippe Gauthier. Nous avons mis du temps et fait des sacrifices. Je dis souvent aux joueurs que la fierté d’un programme vient des efforts et des sacrifices. Ce travail a payé aujourd’hui [samedi]. »

Jadis une puissance avec quatre titres du Bol d’Or de 2007 à 2010, les Volontaires ont vécu une descente aux enfers qui est maintenant terminée. 

« Le programme est rendu à un autre niveau, a résumé Gauthier. Les joueurs ont maintenant confiance en notre programme et ils sont bien avec nous. »

Exemple parfait

Samuel Goulet-Ménard est un exemple parfait de ce changement. Après s’être engagé avec les Cougars du Collège Champlain en janvier dernier, le quart-arrière est revenu chez les Volontaires pour la saison. 

« Son retour a signifié beaucoup pour notre programme, a indiqué Gauthier. C’est flatteur pour nous. Samuel n’a pas les statistiques pour épater la galerie, mais il gère le match très bien et limite les erreurs au maximum. »

Frédéric Morissette a lui aussi louangé le pivot sherbrookois qui a été élu joueur du match pour les vainqueurs. 

« Il a joué son meilleur match de la saison, a mentionné l’entraîneur-chef des Nomades. Il a fait des jeux avec ses jambes qui ont fait la différence. »

Le principal intéressé affichait son plus beau sourire. « Je me sens bien et je n’ai pas les mots pour exprimer ma pensée, a souligné Goulet-Ménard, qui a amassé 82 verges en sept courses et lancé trois passes de touché. Je n’ai aucun regret d’être revenu à Sherbrooke. J’ai couru plus qu’à l’habitude et Léo Roy a été notre homme à tout faire avec
deux touchés. »

Crève-cœur

La défaite est encore plus difficile à accepter pour les Nomades, qui s’étaient inclinés par un point l’an dernier, face aux Islanders de John Abbott.

« Cette deuxième défaite en finale fait mal, mais nous allons y retourner, a affirmé Morissette. Quelques jeux ont fait la différence et le ratio de punitions nous a fait mal. Nous sommes arrivés ici en équipe et allons repartir en équipe comme une famille. »

En retard 21 à 14 au quatrième quart, Victor Charland a lancé une longue passe parfaite à la porte des buts à son receveur étoile Olivier Cool, qu’il n’a pas pu maîtriser. Une interception d’Antoine Dandurand quelques jeux plus tard a permis aux Volontaires de sceller leur victoire. 

Deuxième titre de suite pour les Condors 

Les Condors de Beauce-Appalaches ont signé une 22e victoire consécutive et mis la main sur un deuxième Bol d’Or de suite dans une rencontre qui a tenu en haleine jusqu’à la fin les amateurs présents samedi à Thetford Mines.

Pour la première fois cette saison, les Condors tiraient de l’arrière à la demie, mais ils sont revenus en force dans les 30 dernières minutes pour vaincre les Gaillards de Jonquière par la marque de 28 à 21. Les Beaucerons avaient aussi eu le meilleur sur les Gaillards l’an dernier lors de la rencontre ultime.

En retard 13 à 0, les Beaucerons ont inscrit un touché à la fin de la première demie pour réduire l’écart. 

« Notre coordonnateur offensif n’était pas nerveux et je n’étais pas inquiet, mais il fallait marquer des points, a résumé Loranger. Il fallait voir jouer notre équipe comme elle est capable. Dès le début de la saison, on savait que c’est notre offensive qui allait nous tirer vers le haut parce qu’on mise sur une défensive jeune. »

Grande déception

Les Gaillards ont offert de loin la plus forte opposition de la saison aux Condors, mais on n’avait pas la tête à la victoire morale après le match. 

« Pour gagner, il fallait disputer une partie parfaite et on ne l’a pas fait, a expliqué l’entraîneur-chef Philippe Leduc. À 13 à 0, on savait que la partie était loin d’être terminée face à une excellence équipe. »

« On s’est présenté ici dans un tout autre état d’esprit que l’an dernier. On croyait vraiment en nos chances et nous n’avions aucun complexe. Nous l’avons montré, mais il en manquait un peu. La défaite fait mal, mais je suis extrêmement fier de nos gars. »

Joueur par excellence

Pour un deuxième Bol d’Or, Thomas Jean a été sacré joueur par excellence. Le quart-arrière ne pouvait pas souhaiter un meilleur scénario pour clore sa carrière collégiale, lui qui fera le saut avec le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke à compter de janvier.

« Jonquière nous a surpris en première demie, mais on s’est ressaisi en deuxième, a mentionné Jean qui a amassé 91 verges en dix courses et complété 18 de ses 21 passes pour 285 verges. En 2021, nous avions connu une demi-finale difficile et les gars qui ont vécu ce match ont fait de gros jeux ce soir (samedi). Les plus vieux n’étaient pas stressés et ce sont les vétérans qui ont pris les choses en main en réalisant de gros jeux. » 

Engagé avec les Gee Gees d’Ottawa, le porteur de ballon Alexandre Lessard a réussi deux majeurs dans la victoire tout comme Samuel Paquet pour les Gaillards.





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *