Un retour à la normale pour les Carabins

Un retour à la normale pour les Carabins


Après une préparation écourtée avant la rencontre contre le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, la semaine dernière, les Carabins de l’Université de Montréal retrouvaient un horaire un peu plus conciliant dès lundi. Ça tombe bien, puisque quelques petits ajustements étaient nécessaires avant le prochain match. 

• À lire aussi: Carabins de l’Université de Montréal: les receveurs tombent comme des mouches

• À lire aussi: En deuil, Marc-Antoine Dequoy s’absente

• À lire aussi: Les Carabins évitent la catastrophe face au Vert & Or

Rejoint jeudi, l’entraîneur-chef des Carabins, Marco Iadeluca, était heureux de ce retour à la normale après une courte semaine de deux rencontres en sept jours. De fortes pluies leur avaient également ravi l’une de leurs précieuses journées d’entraînement.

Samedi, l’UdeM avait battu les Verts 24 à 20, non sans difficulté. Bien que déçu de ce gain peu convaincant, Iadeluca n’allait certainement pas s’en plaindre.

«On met tellement d’heures de préparation sur le terrain et hors-terrain pour un match de football que quand tu en sors avec la victoire, tu ne peux jamais être fâché. Par contre, c’est sûr qu’il y a bien des aspects où on n’était pas satisfait de notre performance», a-t-il soutenu.

Iadeluca s’est ainsi penché sur ces ajustements à apporter en défensive, sur les unités spéciales et en attaque. C’est d’ailleurs l’offensive, affectée par un nombre de blessés qui ne fait que croître, qui demeure le plus gros point d’interrogation.

Les Bleus n’ont inscrit qu’un seul touché offensif à leurs deux derniers matchs.

«On veut définitivement faire mieux que ça. Il nous manque des éléments clés, c’est sûr, mais ce n’est pas une excuse. On réussit à bien bouger le ballon à tous les matchs, on a de belles poussées, mais souvent, depuis deux matchs, ça s’arrête avant la zone payante», s’est désolé Iadeluca.

Une rencontre à la fois

Le mot d’ordre chez les Carabins est d’approcher les journées une à la fois. L’entraîneur sait que le mental de son groupe offensif, notamment celui du quart-arrière Jonathan Sénécal, n’en souffrira pas.

«On a une très bonne confiance, a assuré le receveur Carl Chabot, auteur d’un majeur contre l’Université de Sherbrooke. On a un bon groupe de joueurs. Ce n’est pas parce qu’on a eu un moins bon match que ça va nous affecter pour le reste de la saison.»

L’Université de Montréal peut se targuer d’avoir compté sur une défensive exemplaire à ses trois premiers duels. Le demi défensif Kaylyn St-Cyr est persuadé que ses coéquipiers seront toujours là les uns pour les autres.

«Les performances de l’attaque ne nous affectent pas vraiment, parce qu’on sait qu’on couvre les arrières de l’offensive, et que l’offensive couvre nos arrières. En ce moment, il y a des hauts et des bas, mais au bout du compte, tout le monde peut faire mieux», a indiqué le vétéran.

Pour leur prochain match, les Carabins se mesureront aux Redbirds de l’Université McGill, qui n’ont toujours pas gagné cette saison. Cette bataille montréalaise se déroulera samedi après-midi, au Stade Percival-Molson.





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.